Réponses des candidats à la présidentielle 2017 au CNDH Romeurope

Droit des enfants Roms : les pouvoirs publics français font fi de leur condamnation

Grande fête à Montreuil – “La place des Roms dans la société de demain” – 22 avril 2017

Vidéos du colloque “Rroms en France : pourquoi ne seraient-ils pas intégrables” au Sénat le 22 mars 2017

Colloque “Rroms en France : pourquoi ne seraient-ils pas intégrables ?” Au Sénat, le 22 mars à 14h30

Lettre ouverte au Préfet de la région Ile-de-France : 1 an après la “Conférence régionale sur les campements illicites en Ile-de-France” – Collectif Romeurope Ile-de-France

A l’attention du Monsieur Jean-François Carenco, Préfet d’Ile-de-France
Copie à Madame Emmanuelle Cosse, Ministre du logement et de l’Habitat durable

Paris, le 20 octobre 2016

Madame la Ministre, Monsieur le Préfet,

Le 20 octobre 2015, la Préfecture d’Ile de France a organisé une conférence régionale sur les « campements illicites », qui pour nous comme pour leurs habitants, […]

Circulaire du 26 août 2012 : quatre ans après, les bidonvilles sont toujours là ! – CP du 26 août 2016

Circulaire du 26 août 2012 : quatre ans après, les bidonvilles sont toujours là !

Paris, le 25 août 2016

Il y a quatre ans sept ministres signaient la circulaire du 26 août 2012 « relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuations des campements illicites ». Celle-ci, appliquée de façon très hétérogène sur le territoire […]

Appel collectif du 20 juin – Journée mondiale réfugiés

Journée mondiale des réfugiés 2016 :

« Pour un accueil digne et respectueux des droits fondamentaux des étrangers en France »

Publié à l’occasion de la journée mondiale des réfugiés le 20 juin 2016

Près de 60 millions de personnes étaient déplacées, demanderesses d’asile ou réfugiées à la fin de l’année 2015 selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés : un chiffre sans précédent depuis la seconde guerre mondiale.

En France, un peu plus de 80 000 personnes ont sollicité l’asile en 2015. Si les premiers mois de l’année 2016 indiquent une augmentation relative (+23%) de ces demandes, ces chiffres sont sans commune mesure avec l’ampleur du défi et des efforts fournis par des pays tels que le Liban, la Turquie ou d’autres pays en d’Afrique.

S’il faut reconnaître les efforts déployés par le Gouvernement français pour renforcer les capacités d’accueil proposées aux réfugiés et demandeurs d’asile, ces mesures sont très insuffisantes et ne permettent pas à la France d’honorer ses engagements : non hébergement de nombreuses personnes demandant l’asile, délai de plusieurs mois pour accéder à la procédure, dégradation de la qualité de l’accompagnement, persistance de campements indignes, etc.

A l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, nous demandons une nouvelle fois au gouvernement de prendre les mesures à la hauteur de la situation, de respecter ses engagements internationaux, et de favoriser l’accueil dans la dignité et de manière pérenne des personnes contraintes à fuir la guerre et les persécutions. Face à une Europe frileuse qui se ferme et se replie sur elle-même, la France doit montrer la voie en apportant une réponse courageuse et humaniste.

ACCES SECURISE DES ETRANGERS AU TERRITOIRE FRANÇAIS et EUROPEEN

Nous réaffirmons avec force qu’il est urgent d’assurer un accès légal et sécurisé au territoire français des étrangers fuyant les dictatures et les zones de guerre. Le renforcement des contrôles aux frontières et les accords bilatéraux qui conduisent à enfermer et trier les étrangers, à l’instar de l’accord UE-Turquie, sont indignes et contraires aux valeurs que les Etats prétendent défendre. Ces mesures sont en outre criminelles car elles incitent les exilés à se tourner vers les réseaux et à prendre toujours plus de risques pour rejoindre l’Europe.
Depuis le début de l’année 2016, plus de 2 800 personnes au moins sont mortes en Méditerranée.

A l’inverse des choix politiques qui font primer les intérêts sécuritaires au détriment des droits humains, nous demandons d’une part que soient généralisés les mécanismes de réinstallation vers l’Europe des réfugiés à partir des pays de premier accueil, et d’autre part que soit étendue et facilitée la délivrance de visas aux personnes présentes dans ces pays et, souhaitant solliciter l’asile en France ou en Europe.

POUR UN PLAN NATIONAL SUR LE PREMIER ACCUEIL

Un plan national d’accueil global des exilés assurant leur prise en charge dès leur arrivée sur le territoire doit être mis en place. Aujourd’hui, les exilés arrivant en France au terme de leur parcours et qui n’ont pas de ressources ou de soutien communautaire n’ont souvent d’autre choix que de grossir les campements, dans le Calaisis comme à Paris, parfois durant plusieurs mois, avant d’être orientés vers un hébergement. Durant cette période, les citoyens et les associations tentent d’apporter le minimum vital aux exilés : repas, couvertures, kits d’hygiène…
Ces conditions de vie déplorables, qui touchent des personnes déjà affaiblies, sont intolérables et viennent dégrader encore l’état de santé physique et mentale de ces personnes.

Afin d’accueillir humainement ces personnes et de respecter nos engagements européens, un plan d’accueil global assurant l’hébergement de l’ensemble des exilés dès leur arrivée doit être adopté. Il reposera, entre autres choses, sur l’augmentation de l’offre de logements et d’hébergements pour l’ensemble des publics à la rue, sur la réduction des délais d’attente pour accéder à la procédure d’asile, sur la mise en œuvre d’un accompagnement sanitaire et social adapté, sur l’amplification des ouvertures de places d’hébergement pour les demandeurs d’asile et des bénéficiaires d’une protection afin de fluidifier l’ensemble du dispositif.

AMELIORER L’ACCUEIL DES ETRANGERS POUR CONSTRUIRE UNE SOCIETE OUVERTE ET SOLIDAIRE

L’insertion des étrangers en France est fortement liée à l’accueil qui leur est réservé à leur arrivée. Elle dépend aussi de l’accompagnement social dont ils pourront bénéficier tout au long de leur parcours. Sur ce point, la réforme de l’asile de l’été 2015 a abouti à une dégradation de l’accompagnement dans les structures d’hébergement qui ont dû réduire leur mission d’insertion, et ce, alors qu’un tiers des demandeurs d’asile obtiennent une protection internationale. Le regard sur les demandeurs d’asile doit changer. Ils ne peuvent plus être considérés comme de potentiels déboutés, mais comme nos futurs concitoyens, amenés à construire avec nous une société commune. Atteindre cet objectif passera nécessairement par la mobilisation des services publics et des associations sur l’accompagnement et l’accès aux droits sociaux, l’accès aux soins, l’apprentissage du français, la scolarisation des enfants, l’accès au logement, la formation professionnelle et l’accès à l’emploi.

Des dizaines de milliers de citoyens, bénévoles, salariés d’associations sont déjà mobilisés au côté des exilés arrivés en France. Le gouvernement se doit de prendre enfin le relais de cette dynamique d’accueil et de solidarité et, au-delà des politiques de gestion de crise à court terme, d’engager une politique volontariste d’accueil et d’intégration conforme à nos engagements internationaux et aux valeurs de la République.

>>>>Télécharger l’appel collectif du 20 juin – Journée mondiale des réfugiés

Signataires :

FNARS,
Secours Catholique,
Médecins du Monde,
Cimade,
Emmaüs France,
Emmaüs Solidarité
Comede,
Fondation Abbé Pierre,
France Terre d’Asile,
Centre d’action social protestant (CASP),
Fondation Armée du Salut,
Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives,
Réseau ELENA,
Ligue des droits de l’homme (LDH),
UNIOPSS
JRS France,
Mouvement des compagnons bâtisseurs,
Groupement des Educateurs Sans Frontières (GREF),
Associations des cités du secours catholiques (ACSC),
Fédération Entraide Protestante (FEP),
Mouvement contre le racisme de pour l’amitié entre les peuples (MRAP) ,
Collectif National Droits de l’Homme Romeurope (CNDH Romeurope),
Médecins sans frontières (MSF),
Secours Islamique France,
Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT),
Centre Primo Levi,
CCFD Terre Solidaire,
Réseau Education Sans Frontières (RESF),
Habitat et Humanisme,
ADVOCACY France,
Dom’Asile,
Mouvement des Amoureux au ban public,
Association Service Social Familial Migrants (ASSFAM),
Grdr,
Fapil,
Comede,
Apprentis d’Auteuil,
Osiris,
Collectif Les morts de la rue,
Hors la Rue,
Collectif bidonville dans la ville,
Secours Populaire 76,
Turbulences Marne La Vallee,
Carrefour des solidarités Littoral Nord,
Ecodrom 93,
Aide à la scolarisation des enfants tsiganes et jeunes en difficulté 69 (ASET 69),
Association pour la Démocratie Nice,
Association d’accueil des demandeurs d’asile (AADA),
Français langue d’accueil,
L’Auberge des Migrants,
Habitat et Citoyenneté,
SALAM Nord Pas de Calais,
Welcome Metz,
COVIAM,
L’Union juive française pour la paix,
Association montalbanaise d’aide aux réfugiés (AMAR),
Agir Café Lyon,
La Fanfare Des pavés (Association artis-Mbc),
Comité Français pour la Solidarité Internationale,
Collectif “lecture Lyon 02”
Association Contact Moselle,
Collectif Romeurope Antony-Wissous,
Collectif Romeurope94,
Collectif “Migrants: changeons notre regard!”
Réseau de solidarité des associations messines (RESAM),
Collectif des accidentés du travail, handicapés et retraités pour l’égalité des droits (CATRED),
Alynéa,
Secours populaire du 76,
Fédération de Seine-Maritime du Secours populaire,
La belle porte,
Flandre Terre Solidaire,
Femmes migrantes debout Migrations Santé Alsace,
Association Rasine Kaf,
Observatoire régional de l’intégration et de la ville (ORIV),
Association Habitat-Cité
Association A Travers Chants,
Maison des femmes de Paris,
RAJFIRE,
Association C.L.A.S.S.E.S.,
“Un toit pas sans toi”,
CEMÉA Alsace,
CCBL,
Observatoire du CRA de Palaiseau,
Roms Action Grenoble,
Réseau rouennais de Solidarité avec les Migrants, réfugiés, exilés, étrangers (RSM),
Université populaire de Lyon,
Collectif Lyonnais pour l’Accès à la Scolarisation et le Soutien aux Enfants des Squats

[…]

“Stratégie régionale pour les habitants des squats et bidonvilles en Île-de-France : l’Etat peut mieux faire !” – Communiqué, contribution du Collectif Romeurope Ile-de-France et version finale de la stratégie régionale

COMMUNIQUE DE PRESSE
Paris, le 5 avril 2016

STRATEGIE REGIONALE POUR LES HABITANTS DES SQUATS ET BIDONVILLES EN ILE-DE-FRANCE : L’ETAT PEUT MIEUX FAIRE !

Le 5 avril 2016, le Collectif Romeurope Ile-de-France* a envoyé au Préfet de région Jean-François Carenco et à la presse ses observations au sujet de la « Proposition de stratégie régionale pour les campements illicites en Ile-de-France ».

Le Collectif Romeurope Ile-de-France salue l’initiative du Préfet de région attendue depuis longtemps par les associations et certaines collectivités.

Il nous faut néanmoins souligner que cette stratégie n’apporte aucun élément contraignant ni pour l’Etat, ni pour les collectivités. Elle est dépourvue d’objectifs quantifiés, de temporalités et de moyens adaptés et chiffrés. Ce texte laisse présager une application très inégale sur les territoires, selon la « bonne volonté » des préfets et des collectivités. Par ailleurs, affirmer que la problématique est « une situation très complexe à gérer » et un « défi pour la cohésion sociale » pose les bases d’une approche stigmatisante dont les habitants des squats et des bidonvilles pâtissent déjà fortement.

Si l’intégration dans le droit commun des habitants des bidonvilles est une politique ambitieuse, elle est plus que réalisable si une politique régionale et nationale avec l’implication de tous les acteurs -institutionnels, élus, associatifs, habitants des squats et bidonvilles – est réellement mise en place. Son socle doit être l’acceptation de l’existence des bidonvilles en France, qui ne sont que le symptôme d’un mal logement. Les solutions doivent être variées, adaptées à chaque situation individuelle.

Nous déplorons que la proposition de stratégie régionale conditionne à de multiples reprises l’accès au droit commun des habitants des bidonvilles et des squats à la démonstration d’une « volonté d’intégration », même lorsqu’il s’agit de droits inconditionnels. La participation des habitants des bidonvilles et des squats, premiers concernés, n’a d’ailleurs pas de place dans la stratégie régionale proposée. Quant aux associations, elles sont le plus souvent présentées comme opératrices ou substituts à l’inaction publique.

Le Collectif Romeurope Ile-de-France exprime ses plus grandes réserves quant à l’utilisation d’un opérateur unique, la Plateforme d’Accueil d’information d’orientation et de suivi (opérée par Adoma) dont les méthodes sélectives et les résultats ont été jusqu’à présent peu probants.

Nous serons extrêmement vigilants pour veiller à ce que ces observations, élaborées collectivement et détaillés ci-dessous, soient bien prises en compte dans la version finale de la stratégie régionale, qui sera présentée le 13 avril à la Préfecture de région. Nous attendons un signal plus fort de l’Etat afin qu’il s’engage concrètement dans la résorption des bidonvilles en Ile-de-France en démontrant une volonté alliant des moyens et des ressources tant humaines que financières et en mobilisant systématiquement les outils du droit commun.

CONTACT :
Manon Fillonneau, Collectif National Droits de l’Homme Romeurope : manon.fillonneau@romeurope.org // 06 68 43 15 15

* Le Collectif Romeurope Ile-de-France est composé de de 25 associations et collectifs œuvrant pour le respect des droits et l’accès au droit commun des habitants des squats et des bidonvilles originaires d’Europe de l’Est.

Téléchargez la CONTRIBUTION du Collectif Romeurope Ile-de-France à la proposition de stratégie régionale de la Préfecture de région (5 avril 2016)

Téléchargez le COMMUNIQUE de presse de Ivry-sur Seine, Aubervilliers, La Courneuve, Plaine Commune, Saint-Denis, Stains, Val de Marne, Champs sur Marne “Conférence régionale sur les bidonvilles : une stratégie de l’échec” (15 avril 2016)

[ Mise à jour ] Téléchargez la VERSION DEFINITIVE de la “STRATEGIE régionale pour les campements illicites en Ile-de-France” de la Préfecture de région Ile-de-France (25 avril 2016)

[…]

Contributions du Collectif Romeurope Ile-de-France aux groupes de travail de la Préfecture d’Ile-de-France sur les bidonvilles

Vous pouvez consulter ci-dessous la contribution écrite du Collectif Romeurope Ile-de-France dans le cadre de la conférence régionale sur les bidonvilles en Ile-de-France qui s’est tenue le 20 octobre 2016 à l’initiative du Préfet de région Jean François Carenco.
La restitution d’une proposition de stratégie régionale pour les bidonvilles en Ile-de-France est attendue courant mars.

contribution_romeurope_ile_de_france_v2_finale.pdf Contribution du Collectif Romeurope Ile-de-France
[…]

RETOUR