Cazeneuve s’arroge le droit de blacklister des étrangers

Communiqué de presse de la Cimade et de Romeurope - 6 novembre 2014

Alors que l’adoption de la loi sur le terrorisme fait grand bruit, le gouvernement a discrètement su y glisser une nouvelle mesure sans aucun lien avec l’objet de la loi. Elle reflète une approche toujours plus sécuritaire des politiques migratoires. L’amendement, déposé à la dernière minute devant le Sénat, n’a même pas été présenté à l’Assemblée et n’a fait l’objet d’aucun débat. L’interdiction administrative du territoire (IAT) permet pourtant au ministre de l’intérieur d’interdire l’entrée en France à toute personne étrangère qui réside hors de nos frontières. L’exposé des motifs présenté par Bernard Cazeneuve justifie cette interdiction comme un outil de lutte contre le terrorisme et, curieusement, souligne exclusivement la nécessité d’interdire l’entrée à certains citoyens européens « liés à des mouvances radicales voire terroristes ». Mais à la lecture du texte de loi, toutes les personnes étrangères sont concernées, européennes ou non. Les garanties de procédures sont très fragiles et le mot « terrorisme » n’est même pas cité : il n’est question que de comportement susceptible de troubler gravement l’ordre ou la sécurité public. lire la suite

L’échec de la politique de résorption des bidonvilles !

Communiqué de presse du collectif Romeurope Ile de France

Les évacuations de bidonvilles se multiplient depuis plusieurs semaines, en Ile de France et ailleurs. De plus en plus fréquemment, ces évacuations interviennent alors même que les associations et collectifs de soutien mènent, sur ces terrains, des démarches et projets d’insertion avec les familles qui y vivent.
Le succès des démarches d’accès au logement, au travail ou encore à la scolarisation dépend pourtant de la stabilisation des occupants de bidonvilles. Les évacuations répétées de leurs lieux de vie représentent un obstacle quasi-insurmontable à leurs démarches d’insertion et les maintiennent dans des stratégies de simple survie tout en les poussant dans une précarité toujours plus grande. lire la suite

Charte pour le respect des droits et la dignité des occupants de terrains

Face à la multiplication des expulsions et évacuations de personnes vivant sur des terrains, notamment en bidonville, une trentaine d’organisations (associations, collectifs et syndicats) a décidé de réagir en élaborant une «  Charte pour le respect des droits et la dignité des occupants de terrains  ».
Cette Charte sera adressée à l’ensemble des acteurs publics ou privés intervenant dans ce cadre, leur rappelant que les droits des occupants doivent être respectés en toutes circonstances. Elle sera également affichée sur les terrains pour les informer de leurs droits.

Le droit à un logement convenable, à l’éducation, à la non-¬‐discrimination, à un procès équitable sont autant de principes fondamentaux qui encadrent, en théorie, l’action de ces acteurs.

En pratique, ces droits sont rarement respectés et les procédures se déroulent trop souvent au mépris des règles nationales, européennes et internationales qui les régissent. Les conséquences négatives sont légions : déscolarisation des enfants, rupture du suivi de santé, traumatismes, augmentation du nombre de personnes en errance, aggravation de la pauvreté.

Les organisations rappellent que les pouvoirs publics sont tenus de les respecter en améliorant les conditions de vie des personnes plutôt qu’en les aggravant.

Il est urgent de protéger les droits les plus élémentaires et, en priorité celui de ne pas être expulsé sans être relogé ».

Annexe à la chartre

CARTA PRIVIND RESPECTAREA DREPTURILOR ȘI A DEMNITĂȚII OCUPANȚILOR DE TERENURI

ХАРТА ЗА СПАЗВАНЕ НА ПРАВАТА И ДОСТОЙНСТВОТО НА ОКУПАТОРИТЕ НА ТЕРЕНИ

Respect du droit à l’éducation pour les enfants allophones en habitat précaire

Communiqué du Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation

A la veille de la rentrée scolaire, les membres du Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation (CDERE), souhaitent rappeler aux institutions compétentes qu’ils seront particulièrement vigilants au respect du droit à l’éducation des enfants allophones vivant en bidonvilles et squats sur l’ensemble du territoire. lire la suite

Présentation du rapport 2012-2013 CNDH Romeurope

Harcèlement et stigmatisation : politiques et paroles publiques aggravent la précarité des habitants des bidonvilles

Malgré le changement de gouvernement, force est de constater avec consternation que la situation des personnes vivant en squats et bidonvilles s’est dégradée : évacuations des lieux de vie, expulsions du territoire… la même politique sécuritaire et coûteuse est conduite. Les bilans pourtant concordent tous : cette politique est inefficace et inhumaine.
Le CNDH Romeurope dénonce le traitement spécifique dont sont victimes les personnes roumaines ou bulgares lire la suite

-  Rapport 2012-2013

-  Synthèse du rapport

-  Recensement de discours stigmatisants

Changeons de regard


Le Collectif National Droits de L’Homme Romeurope publie un livret pour déconstruire les principaux préjugés ancrés dans l’opinion publique sur les ressortissants européens vivant en condition de grande précarité en France et que l’on appelle « Roms ». Cet outil vise aussi à permettre au public de s’informer davantage sur les réalités vécues par ces personnes.Les responsables politiques qui s’expriment chaque jour sur ceux qu’ils appellent des Roms ne devraient-ils pas préalablement prendre connaissance du Livret ?

 
Romeurope bénéficie du soutien deIDFetACSE