61ème atelier de la DIHAL “Résorption des bidonvilles, pourquoi agir ?”

Le 61ème atelier de la Délégation Interministérielle à l’Hébergement et à l’Accès au Logement (DIHAL), organisé en partenariat avec l’UNICEF le 29 mars dernier était consacré à la question de la résorption des bidonvilles.

« Résorption des bidonvilles : pourquoi agir ? » La question peut paraître provocatrice tant la réponse semble évidente. Pourtant la réalité du terrain montre que cela ne va pas de soi. Si des territoires donnent l’exemple d’actions partenariales, durables et clairement assumées de résorption des bidonvilles, force est de constater que dans de nombreux territoires, les réticences restent fortes sur cette question perçue comme sensible et complexe.

Alors que le gouvernement a donner une nouvelle impulsion à la résorption des bidonvilles et campements illicites à travers la circulaire du 25 janvier 2018 signée par 8 ministres, les différentes interventions de personnes ayant vécus en bidonville et squat, d’acteurs qui sont ou ont été en première ligne, élus locaux, préfets, représentants associatifs, opérateurs ont notamment été l’occasion d’affirmer la volonté politique de dépasser une approche centrée principalement sur les expulsions et l’importance de l’accompagnement des personnes vers la sortie des bidonvilles, notamment par la mise en œuvre de projets d’insertion.

La responsabilité collective et l’esprit partenarial que nécessite la mise en œuvre d’une stratégie territoriale de résorption durable des bidonvilles ont également été mis en avant par les élus locaux  (Strasbourg, Toulouse, Bordeaux, etc.) mais aussi par les associations présentes, notamment des membres du CNDH Romeurope (Médecins du Monde, Acina).

Le Défenseur des droits a conclu l’atelier en rappelant la vigilance de son institution en matière de respect des droits des personnes vivant en squats ou bidonvilles, quels que soient leur origine et leur statut. 

Le compte-rendu de cet atelier de la DIHAL reprend la synthèse de l’ensemble des interventions de cette matinée.