Manifestations publiques

Appel à la création d’un comité de soutien aux militants poursuivis pour leurs actions de fraternité et de solidarité en faveur des étrangers

Deux militants associatifs sont poursuivis pour violences volontaires sur des policiers alors qu’ils tentaient de mettre à l’abri du froid des personnes âgées et malades mais aussi des enfants, des femmes et des hommes expulsés en plein hiver et au petit matin de leur bidonville de Noisiel (77). Aucune disposition de mise à l’abri des personnes n’avait été prise, que ce soit par la collectivité locale à l’origine de l’expulsion, ou par la préfecture qui en était le maitre d’œuvre.

Ces « violences volontaires » sont une qualification abusive : les blessures des policiers municipaux ont été causées par une bousculade involontaire.

Plusieurs heures après cette bousculade, deux militants ont été interpelés, l’un brutalement, par des hommes dépourvus de signe distinctif qui se sont avérés être des policiers en civil.

Malgré le revirement d’un policier affirmant finalement qu’il y avait eu une bousculade et qu’il n’avait pas été volontairement blessé, les contradictions évidentes des policiers, et l’absence d’éléments à charge hormis les déclarations de certains d’entre eux, le Tribunal de grande instance de Meaux a condamné les deux militants à verser environ 5000 euros aux policiers, à la Mairie et au Trésor public. Un appel est en cours.

Cette affaire n’est pas isolée. Dans d’autres villes en France, des militants sont poursuivis et condamnés abusivement pour des actes qui ne relèvent que d’une solidarité envers des étrangers et des précaires.

Un comité de soutien est en cours de constitution, avec trois objectifs :

- obtenir la relaxe des militants associatifs poursuivis,

- fédérer une voix forte contre toutes les poursuites de militants associatifs engagés dans des actions de solidarité et de fraternité envers les étrangers et les précaires

- obtenir une instruction rigoureuse des plaintes pour outrages, rebellions ou violences sur des détenteurs de l’autorité publique, qui sont trop souvent fondées sur les seuls procès-verbaux de policiers plaignants ou de leurs collègues.

Le Comité appelle les organisations associatives, syndicales, les personnalités investies pour la défense des libertés individuelles et collectives à le rejoindre dans le comité de soutien afin de manifester leur soutien aux militants poursuivis, obtenir gain de cause, et garantir aussi par là un avenir démocratique à notre pays.

La prochaine réunion du Comité de soutien se tiendra le

Mercredi 11 mai à 18h au Gisti
(3 villa Marcès, Paris 11ème)


Les poursuites contre des citoyens engagés dans des actions de solidarité et de fraternité doivent cesser.

Merci de renseigner votre présence à la réunion ici : http://goo.gl/forms/EE83qQzgxr

Liste des premiers membres du Comité de soutien :

Aset 93
Collectif National Droits de l’Homme Romeurope
Collectif Romeurope du Val Maubuée
Convivances
Gisti
Hors la Rue
Ligue des Droits de l’Homme
MRAP
Romeurope 94
Secours Catholique
Union Juive Française pour la Paix

LIRE la décision du Tribunal de grande instance de Meaux du 11 juin 2015 condamnant les deux militants pour violence sur une personne dépositaire de l’autorité publique


 

Le tribunal composé de :

Simone Gaboriau, présidente, magistrate honoraire ancienne présidente du Syndicat de la Magistrature,
Bernard de Vos, assesseur défenseur des droits des enfants de la région francophone de Belgique,
Adam Weiss, assesseur avocat au barreau de New-York.

Après avoir procédé à l’audition :
d’enfants, de parents, de citoyens et citoyennes qui les accompagnent, d’experts et de professionnels qui travaillent auprès d’eux.

Après avoir entendu :
Maître Henri Leclerc avocat des parties civiles (voir liste en annexes), Didier Liger représentant le ministère public, Maître Julie Bonnier –avocate désignée d’office- représentant l’État et les collectivités territoriales, qui a eu la parole en dernier

Et en avoir délibéré

A rendu verdict suivant : ... LIRE LE VERDICT

JPEG


 

JPEG.Un tribunal d’opinion s’est constitué pour dénoncer les violations des droits des enfants roms ou considérés comme tels et vivant dans des squats ou bidonvilles.
Il siègera en audience publique le samedi 27 juin 2015 de 9h00 à 17h30 à l’Université Paris 8 à Saint-Denis
Entrée de l’Université : rue Guynemer (face au métro)
Bâtiment D, amphi D001
Inscription gratuite mais obligatoire : http://bit.ly/1OnyVwY

Organisateurs-Plan-Soutien

Nos organisations - syndicats, associations - sont, à divers titres, en lien avec les familles et enfants de différentes nationalités vivant en bidonvilles ou squats et en situation de grande précarité en France. Les discours politiques et médiatiques dominants enferment ces per-sonnes dans une identité « rom » assignée et stigmatisée.

Nous sommes témoins d’incessants dénis de droits et de discriminations envers ces en¬fants et familles.

Nous nous devons de dénoncer la maltrai¬tance institutionnelle et sociale infligée tant aux adultes qu’aux enfants, mais dont ces der¬niers subissent plus lourdement les consé¬quences car elle les prive de l’accès à leurs droits les plus fondamentaux.

Nous pensons donc venu le temps de de¬mander aux représentants de la puissance publique, nationaux comme locaux, de venir répondre devant l’opinion des conséquences de leurs politiques en termes de violation des lois nationales lire la suite


 
 
>>> Manifestation du 4 Septembre 2010 - Publié le 22 novembre 2010

 
 
Romeurope bénéficie du soutien deIDFetACSE