Fonctionnement

Fonctionnement

Le Collectif national Droits de l’Homme Romeurope

La qualité de membre du Collectif National Droits de l’Homme Romeurope implique :

1) d’être associé solidairement à toutes les actions menées au nom de Romeurope et en tant que signataires de tous documents publics diffusés au nom de Romeurope.
- Une validation des documents publics est demandée à chaque membre sous un délai déterminé (48h le plus souvent dans le cas des communiqués). L’absence de réponse tient lieu d’approbation.
- Chaque membre désigne un ou plusieurs interlocuteurs qualifiés pour engager la structure ou le comité qu’il représente au sein du Collectif Romeurope.
- Les membres qui ne souhaitent pas être associés à une action ou un communiqué peuvent demander expressément à être retirés ponctuellement de la liste des membres de Romeurope.
- Aucune association ou comité membre ne peut engager le Collectif lors d’une action ou d’une communication qui lui est propre sans l’agrément de tous les autres membres.

2) de s’engager à transmettre une information régulière sur les situations locales dont il a connaissance, l’évolution des dispositifs, des textes de loi, les événements en France et en Europe susceptibles d’intéresser les membres du Collectif.

Fonctionnement des échanges :

1) Des temps de rassemblement sont organisés à travers les réunions nationales et régionales.
2) Les échanges et les informations circulent en continu à travers différentes listes de diffusion : liste de diffusion nationale, régionale et listes thématiques. Ces listes de diffusion sont internes. Ne circulent que les informations qui ont directement trait à la situation des Roms. Tous les abonnés ont la possibilité de poster des messages, dont le contenu n’engage que leurs auteurs.

Le conseil d’administration et la coordination du CNDH Romeurope

Le conseil d’administration propose les lignes stratégiques qui constituent le fondement des actions menées par le CNDH Romeurope et les soumet pour validation aux membres du Collectif. Sur la base de l’analyse des situations et des besoins constatés au niveau national et local, il rédige avec la coordination les rapports (rapport d’Observatoire, rapport politique et rapport annuel), anime le site internet, impulse des actions à mener au nom du CNDH Romeurope (interpellations des pouvoirs publics et élus, communiqué de presse, outils pratiques,…), organise les rencontres nationales du Collectif et les liens avec les organismes et réseaux engagés en France et en Europe dans la défense des droits des populations roms.

Composition du conseil d’administration au 13 janvier 2015 :

ASAV92 - Laurent EL GHOZI

Collectif Romeurope du Val Maubuée - François LORET

Fnasat-Gens du Voyage - Stéphane LEVEQUE

Hors la rue - Guillaume LARDANCHET - [Président]

La Cimade - Lise FARON

Ligue des Droits de l’Homme - Philippe GOOSSENS

Médecins du Monde - Catherine FRAPARD

MRAP - Marie-Geneviève GUESDON

Secours Catholique - Claire SABAH

Alexandre LE CLEVE - [Trésorier]

Coordination :

Clotilde BONNEMASON (chargée de mission)

Manon FILLONNEAU (déléguée générale)

- La coordination a pour mission d’apporter un appui technique aux acteurs du Collectif National Droits de l’Homme Romeurope, dans l’objectif de favoriser l’émergence d’initiatives concertées pour l’accès aux droits des Roms et d’animer le réseau. Elle n’a pas vocation à définir ou à piloter les actions des membres du collectif.

- La coordination prépare les ordres du jour du conseil d’administration auquel elle participe et rend compte de son activité.

L’association de gestion du CNDH Romeurope

1) L’association de gestion du CNDH Romeurope a pour seul but d’assurer la gestion matérielle et financière du Collectif National Droits de l’Homme Romeurope.

2) Pour être adhérent de l’association, en tant que personne physique il suffit :
- d’être parrainé par deux membres au moins de l’association,
- d’être agréé par le conseil d’administration,
- de se conformer aux statuts de l’association et au règlement intérieur de l’association
- de payer sa cotisation annuelle.

3) Les dépenses comprennent exclusivement les moyens nécessaires au bon fonctionnement du Collectif National Droits de l’Homme Romeurope

4) Les ressources comprennent : les subventions de l’Etat, des collectivités territoriales, des structures associatives, des organisations internationales, des dons et toutes ressources autorisées par la loi


 
Romeurope bénéficie du soutien deIDFetACSE