Expulsion des habitants du 250 bd Boissière à Montreuil

28 juillet 2016 : expulsion du bidonville terrain situé 250 boulevard Boissière à Montreuil. Personne n’a été prévenu que l’expulsion allait avoir lieu. C’est un arrêté municipal datant de plus de 9 mois qui a été exécuté.

40 personnes y vivaient, beaucoup sont inscrits à Pôle Emploi, 4 demandes de logement sont en cours, 6 enfants sont scolarisés, 4 femmes sont enceintes et 5 nourrissons vivaient dans ce lieu.

Tout le travail d’accompagnement socio-professionnel fait par ROM Reussite sur ce terrain est mis à mal par cette expulsion.

Page Facebook de soutien aux 13 familles expulsées

Lire le communiqué de presse de Romeurope 93

Lire le communiqué du MRAP 93

[Lire l’appel au rassemblement du 2 août sur le blog Mediapart de Juliette Keating
->https://blogs.mediapart.fr/juliette-keating/blog/020816/montreuil-familles-roms-expulsees-rassemblons-nous]

[…]

Expulsion des habitants du bidonville de Coignet à St-Denis

Lire le communiqué du CNDH Romeurope “La France s’assied sur les injonctions de la CEDH”

Lire la décision de la CEDH concernant le bidonville Coignet à St Denis

Lire le communiqué du MRAP 93 sur les expulsions de St Denis et St Ouen (juillet 2016)

COMMUNIQUE DU CNDH ROMEUROPE

Expulsion d’un bidonville à St-Denis : la France s’assied sur les injonctions de la Cour Européenne des Droits de l’Homme

Paris, le 7 juillet 2016

Hier, la France est encore une fois passée outre l’autorité de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH). Des dizaines de familles ont été mises à la rue dans le cadre d’une procédure d’expulsion visant les habitants d’un bidonville à Saint-Denis. Expulsion que la CEDH venait pourtant d’ordonner de stopper après avoir été saisie en urgence. Malgré les protestations des militants sur place et de l’avocate des familles, la Préfecture a continué l’expulsion et la destruction de ce lieu de vie, en toute illégalité.

Le bidonville « Coignet », situé derrière la gare de St Denis, existe depuis 2 ans. Il y a encore quelques semaines, c’étaient plus de 50 familles qui vivaient dans ce bidonville. Beaucoup ont fui leur lieu de vie avant l’arrivée de la police. Ce bidonville a fait l’objet d’un suivi tout particulier par la Préfecture : plusieurs opérateurs dont Adoma ont été envoyés afin d’accompagner vers l’emploi les personnes qu’ils considèrent comme « volontaires ». Résultat ? Il ne reste que quatre familles suivies actuellement. Et deux d’entre elles font d’ailleurs partie des 50 personnes ayant reçu une obligation de quitter le territoire français, dans un climat particulièrement tendu le 21 juin dernier. Malgré cet accompagnement, les membres de deux familles ont reçu, comme une quarantaine d’autres personnes, des obligations de quitter le territoire français le 21 juin dernier, dans un climat particulièrement tendu.

Avec plus de 1400 personnes roumaines éloignées en 2015, la France est la championne d’Europe dans l’éloignement des citoyens européens. Une belle conception de la citoyenneté européenne !

L’été arrive, avec son lot d’expulsions d’habitants de bidonvilles. Nous en avons compté plus de 30 sur le seul mois de juillet l’année dernière. Le Ministère de l’Intérieur espère-t-il faire plus cette année ? Une autre expulsion d’un bidonville habité par au moins 300 personnes est prévue pour juillet à St Denis, et d’autres lieux de vie sont menacés partout en France.

Nous demandons une vraie politique de résorption des bidonvilles, réellement respectueuse des droits des habitant-e-s, et un arrêt immédiat des expulsions. Ces exigences ne sont autres que celles portées par de nombreuses instances européennes et internationales qui ne cessent de produire des rapports accablants sur la France. Pour y parvenir, l’action publique doit être déclenchée dès l’installation d’un lieu de vie et un accompagnement de toutes les personnes qui y vivent doit être mis en place, le tout dans des conditions de vie dignes. Rien ne peut être construit sur l’expulsion, la démolition et le rejet.

Contact presse :
Manon Fillonneau – 06 68 43 15 15 – manon.fillonneau@romeurope.org
Facebook : www.facebook.com/CNDHRomeurope
Twitter : @CNDH_Romeurope

[…]

Communiqué de presse du comité local du MRAP de Saint Denis

Le comité local de Saint Denis a fait partie de la délégation qui a été reçue le mercredi 25 mai 2016 par Monsieur Lefebvre sous préfet, directeur du cabinet de Monsieur Galli, préfet de la Seine Saint Denis et trois de ses collaborateurs chargés de la sécurité du territoire.

D’habitude et selon le thème abordé nous sommes reçus par le secrétaire général, la direction des étrangers, le préfet à l’égalité des chances ou les préfets eux mêmes. Nous sommes donc amenés à penser que les problèmes connus par les roms ne sont traités que sous l’angle sécuritaire : c’est une discrimination.

L ‘intervention policière de ce matin sur le terrain dit Coignet, renforce notre conviction. En effet, les forces de l’ordre sont intervenues violemment sur le terrain dit Coignet, selon les témoignages recueillis, un appareil photo ayant été enlevé par la force à un militant. Le terrain a été quadrillé par plusieurs cars de police à 6 h du matin. Les enfants ont été regroupés au centre du terrain, les femmes sorties par la force de leur lit et les adultes emmenés dans les cars pour la notification d’obligation à quitter le territoire français. Les baraquements ont été ouverts avec brutalité et force. Des commentaires de nature discriminatoire ont été tenus par certains agents.

Ce terrain faisait l’objet depuis une année d’un travail concomitant de la plate forme régionale préfectorale dite AIOS gérée localement par Adoma et de bénévoles associatifs. Plusieurs familles signalées lors de la rencontre à la préfecture étaient signataires d’une convention dans le cadre de cette AIOS et en processus d’emploi ou d’accès à un emploi déclaré : l’Adoma s’étant engagé à faire le maximum pour leur proposer un logement. Monsieur Lefebvre ayant en outre proposé aux militants associatifs de leur signaler les « personnes vulnérables ».

A la surprise générale des obligations à quitter le territoire français ont été distribuées à toutes les familles, quelque soit leur situation en regard de la plateforme officielle, de leur durée de séjour, de leur vulnérabilité.

Le comité local du MRAP de Saint Denis s’indigne de la politique de la préfecture de la Seine Saint Denis, particulièrement violente et stigmatisante à l’égard des roms.

Il demande que les promesses tenues lors de la réunion du mercredi 25 mai soient au minimum tenues. Cela commence par la levée des OQTF des personnes signalées par les bénévoles et l’Adoma, dont les personnes vulnérables.
[…]

Réunion d’information sur la situation des Roms en Ile-de-France à St Denis – 15 février 2016

INVITATION DU COLLECTIF DE SAINT DENIS

Nous avons le plaisir de vous inviter à une Réunion d’information

Lundi 15 Février 2016 de 19 h 00 à 21 h 00
(accueil à partir de 18h30)
Salle St Denys
(8 rue de la boulangerie, à deux pas de la basilique)

Nous ferons le point sur la situation actuelle des migrants Roms en Ile-de-France et partagerons des informations de terrain concernant les habitants des bidonvilles.

Manon Fillonneau, déléguée générale du Collectif National Droits de l’Homme Romeurope France fera un point sur l’évolution de la situation en Île-de-France. D’autres intervenants compléteront les informations… A la suite de quoi il y aura un temps pour les questions.

Merci de nous dire par retour si vous pensez venir, afin de nous permettre de préparer au mieux cette rencontre (catherine.taleb-meynard@orange.fr)

Comptant sur votre présence, nous vous disons à très bientôt !

Catherine Taleb (CCFD – Terre solidaire)
Nathalie Jantet (Secours Catholique)
François Rizzoli (Amnesty international)
François Digne (LDH)
Zahia Oumaklouf, Agnès Cluzel (MRAP)
Céline, Séverine, Claudine, David………….citoyens solidaires.

[…]

Tribune du collectif de soutien aux habitants Roms de Bobigny en réponse au préfet Leschi, à propos de l’évacuation du bidonville des coquetiers

L’expulsion du bidonville des Coquetiers à Bobigny en Seine Saint Denis a abouti à un désastre. Des 80 enfants scolarisés du terrain, seuls 8 vont encore à l’école aujourd’hui. Familles séparées, dispersées aux quatre coins de France, bébés et vieillards malades jetés à la rue, formations professionnelles interrompues brutalement, voilà le bilan de cette expulsion qui se voulait “exemplaire”.
A la journaliste de France Info qui l’interrogeait ce mardi sur ce bilan, Didier Leschi, préfet délégué à l’égalité des chances, répondait en insistant sur les moyens inédits déployés pour cette opération. Certes, de l’argent, on en a dépensé: 320 000 euros d’argent public, brandis comme une médaille. Ce n’est pas faute d’avoir lésiné sur les moyens, disait le préfet désemparé. Mais vous comprenez, avec les Roms, on a affaire à “une sociologie qui nous échappe” lire la suite
[…]

Evacuation du bidonville de la rue des coquetiers à Bobigny

Communiqué de presse de Romeurope 93
[…]

CREATION DU COLLECTIF ROMEUROPE 93

Communiqué de presse
[…]

Solidarité avec les habitants des bidonvilles de Bobigny

[->http://bobignyroms.jimdo.com/vidéos/]
[…]

Plus jamais une telle horreur

Communiquédu Collectif de soutien aux familles Roumaines et Bulgares de Bobigny

Plus jamais une telle horreur
Un millier de personnes se sont réunies ce dimanche 16 février 2014 à Bobigny pour soutenir les familles endeuillées par la mort de Melisa dans l’incendie du bidonville dit des Coquetiers et exiger une autre politique à l’égard des populations roumaines […]

Evacuation du bidonville de Saint-Ouen : l’indignité érigée en système !

Communiqué de de presse de la Fédération de Seine-Saint-Denis de la LDH

Le bidonville de Saint-Ouen a été évacué ce mercredi matin 27 novembre. Plusieurs centaines d’hommes, de femmes et d’enfants sont ainsi renvoyés sans solution à une plus grande précarité sanitaire et sociale. L’insécurité va s’accroître pour tous en pleine période hivernale. De nombreux enfants vont perdre l’acquis d’une fréquentation scolaire en cours ou se trouver encore un peu plus éloignés de toute perspective de scolarisation.
Une fois de plus l’Etat et les forces de police ont agi au mépris des recommandations qui figurent dans la circulaire interministérielle du 26 août 2012. lire la suite
[…]

RETOUR